Recevez gratuitement les 20 premières pages du Trésor et inscrivez-vous à la lettre bleue !


 

Le C.V. de Tariq Ramadan

Le C.V. de Tariq Ramadan
Tariq Ramadan est présenté sur les plateaux télé comme un "islamologue", un "éminent professeur d'Oxford", autant d'étiquettes qui impressionnent. Mais à quelles réalités correspondent-elles ?

il n'est pas absolument impossible (quoique d'une invraisemblance qui frise de si près le ridicule qu'elle y tombe tête la première), que Tariq Ramadan soit un musulman qui connaît mal, et même extrêmement mal, sa religion, et qui – par outrecuidance ou par quelque autre cause indéterminée – s'imagine sincèrement que son ignorance est du savoir et que sa version borgne et paraplégique de l'Islam est l'Islam.

À ces mots, une objection vous vient sans doute à l'esprit :

– Comment Tariq Ramadan, qui est un grand professeur, un islamologue, un théologien, un brillant universitaire d'Oxford, une sommité intellectuelle mondiale, pourrait-il mal connaître l'Islam, sa spécialité ? C'est absurde !

Doucement.

Ces étiquettes de professeur, d'islamologue, de théologien et d'universitaire ne correspondent peut-être pas à ce que vous avez en tête.

Commençons par professeur.

En un sens général, oui, Tariq Ramadan est un professeur, puisqu'il a enseigné et qu'il enseigne. Mais cet enseignant a-t-il obtenu un concours de l'enseignement ? D'après la biographie dont son site fait état, il n'a remporté de concours ni en France ni à l'étranger. On peut comparer cette étrange lacune à celle du prédicateur Hassan Iquioussen, qui porte sur sa chaîne YouTube l'étiquette de professeurtout en n'ayant jamais décroché plus qu'une simple licence d'Histoire-Géographie, diplôme qui ne donne pas droit à ce titre.

De plus, si Tariq Ramadan enseigne à la prestigieuse université d'Oxford, ce n'est nullement parce qu'il aurait été choisi par les universitaires d'Oxford en raison de son curriculum vitae et de ses publications, conformément à la procédure normale, mais parce que sa chaire a été financée dans son intégralité par un pays du golf débordant de générosité et de pétrodollars. En d'autres termes, son poste à Oxford lui a été offert par Qatar.

Autre fait digne d'être noté : à une époque, Tariq Ramadan se disait professeur d'islamologie et de philosophie à l'université de Fribourg. Or, quand on pense « professeur à l'université », on suppose que le professeur en question est titularisé et donne plusieurs heures de cours par semaine. Ce n'était pas le cas de notre intellectuel, qui donnait uniquement une heure de cours, heure pour laquelle il n'était pas payé.

Passons à islamologue.

Tariq Ramadan est un islamologue, oui, puisqu'il possède un doctorat en islamologie arabe de l’Université de Genève et qu'il enseigne cette matière, mais qu'est-ce qu'un islamologue, exactement ?

À la différence d'un ouléma1 qui étudie l'Islam de l'intérieur, en tant que croyant, un islamologue est quelqu'un qui étudie l'Islam de l'extérieur, sans s'impliquer personnellement. En clair, un islamologue n'est pas censé être musulman, de la même manière qu'un ethnologue n'est pas censé appartenir à l'ethnie dont il scrute les us et coutumes. Cette étiquette d'islamologue, qui éveille l'admiration et endort le sens critique de beaucoup de musulmans, devrait donc plutôt les gêner aux entournures.

Précisons que Tariq Ramadan a tout de même suivi une formation religieuse auprès d'un ouléma. (Formation accélérée : apparemment, il était pressé.)

Un autre fait significatif est encore à noter. Pour être un islamologue sérieux, il est a priori indispensable d'avoir une excellente connaissance de l'Arabe. Tariq Ramadan connaît l'Arabe, certes, mais pas très bien, ce que les locuteurs natifs de pays arabophones constatent sans peine. C'est probablement pour cette raison que Ramadan ne s'aventure jamais dans des débats en arabe, et refuse de se faire interviewer dans cette langue.

Venons-en à l'étiquette de théologien.

Tariq Ramadan enseigne à la Faculté de Théologie d'Oxford, ce qui, à première vue, confirme qu'il est un théologien. Effectivement, des études de théologie existent dans les pays anglo-saxons… mais Tariq Ramadan n'a pas suivi de telles études ! Ce titre de théologienest donc quelque peu usurpé ; pour l'appliquer à Tariq Ramadan, il faut le prendre en son sens le plus élastique.

Passons maintenant à universitaire.

Tariq Ramadan est un universitaire au sens où il enseigne à l'université, mais il n'a pas le bagage normalement requis. En France, pour enseigner à l'université, il faut au strict minimum avoir remporté le prestigieux et difficile concours de l'agrégation. Une thèse et plusieurs publications sont aussi nécessaires. Certes, Tariq Ramadan a deux thèses, dont l'une a été obtenue au prix de moult grincements de dents2, mais il n'a jamais publié dans des revues universitaires, ni remporté le concours de l'agrégation, ni obtenu aucun autre concours.

Tout ceci ne le disqualifie pas en tant que penseur, puisqu'en fin de compte les diplômes ne sont que des bouts de papier ornés de guirlandes plus ou moins fleuries, mais permet de nuancer et préciser son image. Tariq Ramadan est indiscutablement un brillant causeur et un auteur fécond. C'est aussi un intellectuel, en ce sens qu'il a des idées et qu'il les exprime, sinon avec une clarté indiscutable, du moins avec une faconde qui impressionne et une assurance qui lui donne l'air profond… Pour autant, il n'est pas ununiversitaire au sens strict.

En évitant les concours anonymes et rigoureux de l'enseignement, il a évité, non franchi, les obstacles les plus difficiles du parcours universitaire, et en se faisant offrir sa chaire par le Qatar, il a bénéficié d'un passe-droit pour enseigner à Oxford. Par conséquent, les universitaires ne le considèrent absolument pas comme un des leurs3.

1 Ouléma : savant en sciences religieuses islamiques. Ouléma est la translittération de العلماء, qui signifie « savants » (au pluriel).

2 En 1999, Charles Genequand, spécialiste du monde arabe et directeur de la thèse de Tariq Ramadan, refuse le travail de son étudiant et démissionne du jury. Deux autres universitaires, Gilbert Delanoue et Ali Merad, se désistent aussi. Charles Genequand reproche à Ramadan de ne pas avoir tenu compte de ses critiques et d'avoir harcelé les membres du jury pour obtenir sa thèse plus vite. Selon Ali Merad, Tariq Ramadan aurait même menacé l'université de porter plainte s'il n'obtenait pas son doctorat. Pour éviter le conflit et sous la pression d'un lobbying mené par des amis de Tariq Ramadan, le doyen de l'Université de Genève décide de constituer un second jury afin de lui donner une nouvelle chance. Une telle décision est tout à fait exceptionnelle : normalement, les thésards n'ont jamais droit à une session de rattrapage.

SOURCE : Ian Hamel, La vérité sur Tariq Ramadan : Sa famille, ses réseaux, sa stratégie, Favre, 2007, p 216-217.

3 D'après Ahmed Benani, « Tariq Ramadan n’est qu’une icône télévisuelle. Où sont ses travaux universitaires ? Aucun chercheur, qu’il s’agisse d’Olivier Roy, de Gilles Kepel, de Rachid Benzine, de feu Mohammed Arkoun ou d’Abdelwahab Meddeb ne l’a jamais pris au sérieux. »

SOURCE : http://lesobservateurs.ch/2015/06/11/la-face-cachee-de-tariq-ramadan/

LUCIA CANOVI

un extrait du Double Discours : Tariq Ramadan le jour, Tariq Ramadan la nuit

3Commentaires

  • Avatar
    Peace
    Nov 7, 2017

    Tout à fait d'accord ; par contre, université = doctorat et c'est tout ! L'agrégation est un diplôme de l'enseignement secondaire et n'a aucun rapport avec la recherche !

    • Avatar
      cam
      May 4, 2018

      université n'égale pas doctorat. on peut s'arrêter avant d'en avoir obtenu. avoir soutenu sa thèse ne veut pas dire qu'elle est de bonne facture. s'il n'y a pas la mention félicitations à l'unanimité, c'est suspicieux pour la communauté universitaire. il existe 2 agrégations. l'agrégation du secondaire, et l’agrégation des universités. pour pouvoir passer l’agrégation des universités, en France, et obtenir le titre de Professeur des Universités, il faut déjà être titulaire d'un doctorat, normalement avoir été qualifié maître de conférences (concours), et c'est mieux d'avoir obtenu son habilitation à diriger des recherches. une partie des épreuves du concours d'agrégation de université est lié au dossier de recherche, c'est à dire le nombre d'articles publiés dans des revues classées (donc ni des livres publiés à compte d'auteur, ni d'obscures revues). donc oui l’agrégation des Universités possède un rapport avec la recherche.

  • Avatar
    Jean-Claude Huggel
    Jan 31, 2018

    Mr Ramadan n'a qu'un diplômes d'enseignant au Cycle d'orientation ( équivalent du collège français). Il n' a jamais reçu de Doctorat de l'Université de Genève, suite au refus de son professeur de diplôme qui a trouvé trop léger le travail de doctorat et qui a essuyé des refus multiples de Mr Ramadan pour modifier son travail. Il n'a donc pas présenté Mr Ramadan au comité de doctorat. Il n'a pas plus de diplôme de l'Université de Fribourg où il n'a enseigné qu'un semestre comme enseignant externe invité.

Laisser un commentaire

Tous les champs sont obligatoires

nom:
E-mail: (Non publié)
Commentaire:
Code de type

Catégories de Blog

Articles Populaires

Derniers Commentaires