Recevez gratuitement les 20 premières pages du Trésor et inscrivez-vous à la lettre bleue !


 
Les Dames Vertes Agrandir l'image

Les Dames Vertes

LIV-LUCIA-73

Nouveau

George Sand est à la littérature ce que Mozart est à la musique. Dans « Les dames vertes », elle entremêle les fils de l'humour, de l'amour et du mystère, tissant un roman plein de charme et de poésie.


Plus de détails

50 Produits

1,81 €

Ajouter à ma liste d'envies

En savoir plus

Présentation de l'éditeur

"Chargé par mon père d’une mission très délicate, je me rendis, vers la fin de mai 1788, au château d’Ionis, situé à une dizaine de lieues dans les terres, entre Angers et Saumur.
J’avais vingt-deux ans, et j’exerçais déjà la profession d’avocat, pour laquelle je me sentais peu de goût, bien que ni l’étude des affaires ni celle de la parole ne m’eussent présenté de difficultés sérieuses. Eu égard à mon âge, on ne me trouvait pas sans talents ; et le talent de mon père, avocat renommé dans sa localité, m’assurait, pour l’avenir, une brillante clientèle, pour peu que je fisse d’efforts pour n’être pas trop indigne de le remplacer. Mais j’eusse préféré les lettres, une vie plus rêveuse, un usage plus indépendant et plus personnel de mes facultés, une responsabilité moins soumise aux passions et aux intérêts d’autrui.
Comme ma famille était dans l’aisance, et que j’étais fils unique, très choyé et très chéri, j’eusse pu choisir ma carrière ; mais j’eusse affligé mon père, qui s’enorgueillissait de sa compétence à me diriger dans le chemin qu’il m’avait frayé d’avance, et je l’aimais trop tendrement pour vouloir faire prévaloir mes instincts sur ses désirs.
Ce fut une soirée délicieuse que celle où j’achevais cette promenade à cheval à travers les bois qui entourent le vieux et magnifique château d’Ionis. J’étais bien monté, vêtu en cavalier avec une sorte de recherche, et accompagné d’un domestique dont je n’avais nul besoin, mais que ma mère avait eu l’innocente vanité de me donner pour la circonstance, voulant que son fils se présentât convenablement chez une des personnes les plus brillantes de notre clientèle.
La nuit s’éclairait mollement du feu doux de ses plus grandes étoiles. Un peu de brume voilait le scintillement de ces myriades d’astres secondaires qui clignotent comme des yeux ardents durant des nuits claires et froides. Celle-ci offrait un vrai ciel d’été, assez pur pour être encore lumineux et transparent, assez adouci pour ne pas effrayer de son incommensurable richesse. C’était, si je peux ainsi parler, un de ces doux firmaments qui vous permettent de penser encore à la terre, d’admirer les lignes vaporeuses de ces étroits horizons, de respirer sans dédain son atmosphère de fleurs et d’herbages, enfin de se dire qu’on est quelque chose dans l’immensité et d’oublier que l’on n’est qu’un atome dans l’infini."

Au château de la belle Madame d'Ionis, le jeune Nivières va vivre deux nuits angoissantes et merveilleuses qui vont changer complètement le cours de sa vie...

George Sand est à la littérature ce que Mozart est à la musique. Dans « Les dames vertes », elle entremêle les fils de l'humour, de l'amour et du mystère, tissant un roman plein de charme et de poésie.

Les avis des lecteurs sur « Les dames vertes »

« J'ai beaucoup aimé ce roman peu connu de George Sand. »

« Un petit bijou d'ironie... un récit passionnant mêlant environnement fantastique et préoccupations sociales. »

« J'ai beaucoup aimé ce livre... Il est rangé dans un coin de ma bibliothèque. »

« Un roman très réjouissant !... Des fantômes, de l’angoisse, des apparitions, une statue qui prend vie, et un étrange manuscrit ! Mais comme toujours avec George Sand, le roman dit plus, va plus loin que la simple petite histoire. »

Quatrième de couverture

« Viens, gentille dame… » Tout le monde connaît la charmante Dame blanche de Boieldieu & Scribe, créée à l’Opéra-Comique le 10 décembre 1825. Ce gentil fantôme qui n’en est pas un est tout une image de la culture monarchiste de la Restauration. Seulement, voilà ! le temps passe. En 1857, la dame blanche est devenue verte, sans doute par moisissure… Et dans le récit de George Sand, dont l’action se déroule entre Angers et Saumur, à la veille de la Révolution de 1789, entre deux apparitions spectrales, les riches veulent devenir pauvres, tout comme les nobles aspirent à épouser les robins. Le monde serait-il devenu fou ? Ou plus exactement, puisqu’il s’agit du récit d’un passé, le monde était-il fou alors ? La dernière édition des Dames vertes datait de 1883. Il faut lire ce court roman, contemporain de Madame Bovary, pour mieux apprécier la versatile diversité du talent de conteuse de George Sand. Pour savourer, également, la douceur ambiguë d’une écriture parodique. Las ! qu’il est triste de ne plus savoir croire aux fantômes !

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 385 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 88 pages
  • Utilisation simultanée de l'appareil : Illimité
  • Editeur : lucia-canovi.com (13 mars 2012)

Avis

Donnez votre avis

Les Dames Vertes

Les Dames Vertes

George Sand est à la littérature ce que Mozart est à la musique. Dans « Les dames vertes », elle entremêle les fils de l'humour, de l'amour et du mystère, tissant un roman plein de charme et de poésie.


Donnez votre avis

30 autres produits dans la même catégorie :